Partagez|

A la guerre, comme à la guerre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité

MessageSujet: A la guerre, comme à la guerre. Dim 4 Jan - 18:06



Athénaïs Mathewsen

Caractère

Athénaïs, c'est une fille un peu revêche. Elle ne se laisse pas faire. Elle est un tantinet agressive, et même bagarreuse. Athénaïs, elle est rusée, et vile parfois, parce qu'Athénaïs déteste perdre. Elle aime aller au devant de problèmes qui peuvent la dépasser. Plus d'une fois elle a manqué de recevoir une bonne correction, mais à chaque fois, elle s'en sortit. Sans doute grâce à ses tactiques très organisées, parce que oui, Athénaïs, elle est hyper organisée dans sa tête. Seulement dans sa tête… Parce que oui, Athénaïs, c'est une bordélique qui n'a de limites.
Néanmoins, malgré tout cela, Athénaïs est une femme qui apprécie la compagnie des autres. Elle est très protectrice envers ses amis, et n'hésite pas à se mettre en danger s'il le faut. Elle est également très loyale envers eux, cela lui a parfois valu de mauvaises surprises, parfois de très bonnes. Cette jeune femme est également pleine de vie et aime s'amuser. Il n'est pas rare, lors d'une soirée, de la retrouver éméchée. Il ne faut pas croire que ça arrive tous les soirs, mais ça arrive, tout simplement. C'est une déesse, elle le sait, mais n'a de cesse de le cacher. Pour quelle raison ? Sans doute parce qu'elle veut être humaine. D'ailleurs, elle est sans doute l'une des divinités les plus humaine… Sa maladresse omniprésente et son manque de charisme sont sans doute ses qualités les plus malheureuses. C'est un comble pour un Dieu.
Ah les Dieux, qu'est-ce qu'elle les déteste. Si elle avait su qu'ils étaient aussi manipulateurs, jamais elle ne se serait mélangée à eux des siècles auparavant. Elle a une certaine rancune, et comprend pourquoi à l'heure d'aujourd'hui, plus personne ne croit en eux. Ce n'est pas pour autant qu'elle ne leur parle pas. Mais si aucun d'entre eux ne la reconnaissent, ce n'est que tant mieux. Après tout, les humains sont tellement plus passionnants... faucibus.

Athénaïs Mathewsen

Nom : Mathewsen
Prénom(s) : Athénaïs
Âge : 20 ans
Groupe : Dieux
Divinité : Athéna, déesse de la sagesse, de la guerre et de l'artisanat
Pouvoir : Invocation d'armes et boucliers
Profession : Etudiante
Avatar : Saori Kido (Athena) – Saint Seya
Et toi, t'es qui ? (là) : Qui ça ? Moi ? Oh, je suis juste une vague personne de l'Internet qui s'appelle Gwendoline. J'ai récemment eu vingt ans (le dix décembre). Actuellement en école de commerce, j'ignore ce que je compte faire de ma vie (n'en déplaise à mes parents qui s'inquiètent pour mon avenir). J'adore raconter ma vie, aussi peu intéressante soit-elle. D'ailleurs, de nature insomniaque, j'adore parler la nuit…
Concernant le RP, je suis bercée dans ce monde de l'imaginaire depuis que j'ai onze ans. Autant dire que j'ai de l'expérience derrière moi. Ce n'est pas pour autant que je suis exigeante en matière de RP. Ma seule exigence c'est l'orthographe (Grammar Nazi est parmi vous). Bref. Je ne mords pas (même quand j'ai faim) et j'adore RP. Je ne mentirai pas en disant que je privilégie les RP que je préfère ainsi qu'en disant que je favorise les réponses longues aux courtes (à réponse courte une réponse courte).
Si j'ai bien fait mes devoirs, le code est : Validé par Umiko ~

Histoire


- Athéna, te rends tu compte de ce que tu fais ? Comprends-tu ce qu'il va se passer ?
- Je n'en ai que faire de toutes ces jérémiades ! Quand comprendrez-vous, vous tous, que vous êtes manipulateurs ? Les humains faibles ? Et que faites-vous des demi-dieux ?

Une dispute, comme à leur habitude. Zeus, son père ne comprenait rien à rien. A force de forniquer à droite et à gauche (avec des humaines qui plus est), ses progénitures demanderaient vengeance pour leurs mères. Comme si le fait d'avoir mangé la mère de sa propre fille ne lui avait pas suffit.

- Vous ne comprenez rien père. Si moi j'ai réussi à vous assommer après ma naissance, un demi-dieu peut en faire autant.
- Il suffit ! Athéna, j'en ai assez entendu pour aujourd'hui !

Ah oui ? Il le prenait comme ça ? Très bien. Athéna protégerait les humains de son père, et des autres Dieux s'il le fallait. Ou alors protégeait-elle les Dieux de l'Olympe ? Sur l'instant, cela lui importait peu. Elle n'y avait pas réfléchit. Athéna s'exila en Grèce, protégeant de son mieux ce peuple en quête d'évolution perpétuelle. De son savoir, elle enseigna les gens à devenir des artisans. Elle leur appris le commerce, et comment vivre de cela grâce à des objets ou bien à des vivres qu'ils avaient travaillé.

De sa force, elle terrassa quelques ennemis venus pour assouvir leur besoin de domination. De sa ruse, elle s'assura qu'aucun Dieu de viendrait la chercher, ni même approcher un humain qu'elle protégeait. Athéna connu pourtant la déception auprès des humains. Mais ce n'était rien à côté de la déception ressentie auprès des Dieux. Quelques uns de ces derniers étaient venus à sa rencontre, Héphaïstos notamment, son frère.

Héphaïstos lui avait fait quelques avances. Il souhaitait qu'elle devienne sa femme, il souhaitait l'avoir pour lui. Athéna le repoussa. Un homme aussi volage que son père ne pourra gagner son coeur. Il fut congédié de la même manière que les autres malheureux.

[ … ]

Les siècles passant, les humains évoluaient, et leur croyance pour les Dieux faiblissait. Athéna savait que ce jour devait arriver. Pour survivre, elle n'eut d'autre choix que d'investir un corps fait de chair et de sang. Ses pouvoirs faiblissaient, elle le savait et le sentait. Chaque jour elle devenait un peu plus humaine au milieu de tous ces gens. La peur l'envahit, la peur de mourir. Comment faisaient les humains avec cette peur quotidienne ? Comment faisaient-ils pour vivre comme si de rien n'était ? Puis elle comprit que si elle était devenue faible, les autres aussi l'étaient devenus.

Un jour, elle rencontra un homme, dans la rue, sans foyer. Il semblait vouloir de l'aide, et Athéna la lui apporta.

- Qui êtes-vous ?
- Athéna… Athénaïs, se reprit-elle.
- Athé… naïs, souffla-t-il.

L'homme semblait faible. L'homme semblait vouloir manger. L'homme était un mendiant. Elle lui apporta de quoi manger. Ayant repris quelques forces, il la remercia. Mais alors qu'elle allait repartir, un homme surgit de nulle part pour la voler. D'un geste rapide, elle invoqua une arme et tua son assaillant.

- Sorcière !! Sorcière !! Hurla le mendiant.

Les cris alertèrent certaines personnes et un attroupement se forma. La population s'était armée à l'entente du mot sorcière. Athénaïs ne comprenait pas ce qu'il se passait. Qu'était devenu le peuple aimant qu'elle avait aimé autrefois ? Cherchant à s'enfuir, Athénaïs reçu un coup dans la poitrine. Le souffle coupa, elle tomba au sol et porta ses mains sur sa poitrine. Elle était chaude et humide. Regardant de plus près ses mains, sa vision brouillée, elle aperçut une tâche rouge, une tâche de sang. De son sang.

Alors c'était ça mourir ? C'est froid, et Athénaïs se sentait seule. Elle était seule parce qu'elle n'avait pas réussi à se lier avec les humains. Elle était seule parce qu'elle ne voulait plus avoir à faire avec les Dieux. Athéna était devenue Athénaïs l'humaine…

[ … ]

- Félicitations, c'est une fille ! Comment souhaitez-vous l'appeler ?
- Apolline, oui, elle s'appellera Apolline.

Athénaïs regarda alors l'homme qu'elle aimait, Roman. Pour la première fois, la déesse avait ressenti quelque chose de fort pour un humain. Pour la première fois, elle s'était adonnée aux plaisirs charnels, et pour la première fois, elle avait oublié qui elle était.

Cette toute petite chose qu'elle tenait entre ses bras, cette minuscule petite crevette était née suite à l'union de l'Amour. Elle était magnifique, et son prénom, dérivé du prénom d'un de ses oncles, lui correspondait à merveille selon sa mère. Apolline était l'enfant de l'Amour sans aucun doute, et elle serait magnifique en grandissant.

Le couple filait le parfait amour. Apolline grandissait et Athénaïs veillait sur elle comme elle le devait. Malheureusement, tout à une fin. Roman remarqua que sa fille n'était pas normale pour une humaine. Elle était trop vive, trop belle, trop parfaite. Et puis, cet éclair au fond de ses yeux, ce n'était pas normal, vraiment pas.

- Athénaïs, nous devons parler, lui avait-il dit.

Le ton froid et stoïque de Roman ne rassura pas la Déesse, et elle comprit que c'était fini. Si seulement elle s'était rendue compte que les mains puissantes de Roman s'étaient saisies de son cou... L'air lui manquait peu à peu. Elle tenta de se débattre.

- P-Pourquoi ? peina-t-elle à articuler.
- Parce que tu n'es pas réelle, tu n'aurais jamais dû l'être ! Qu'as-tu fait à ma fille ? hurla Roman.

Athénaïs se sentait partir. Si elle avait été sous sa forme originelle, Roman n'aurait pu la toucher, Roman n'aurait pu lui faire de mal.

- Pardonne-moi Apolline, murmura-t-elle dans un dernier souffle avant de quitter son corps.

[ … ]

Tout était si précipité, tout était si imprévu. Ce corps allait lâcher, ce corps ne tiendrait jamais. Pourtant, elle devait la voir. Elle était passée de corps en corps pour la voir, elle, sa fille. Combien de temps s'était-il passé ? Elle l'ignorait. Athéna réussirait-elle à la reconnaître ?

Elle chercha alors une chevelure blonde, mais à Paris, n'était-ce pas comme rechercher une aiguille dans une botte de foin ? Oh que si. Et pourtant, Athéna ne l'expliquait pas, mais elle sentait qu'elle était sur la bonne voie.

- La voilà, souffla-t-elle.

Elle vit au loin, une enfant, presqu'une adolescente en réalité, rentrer dans une bibliothèque.

- Apolline ! tenta-t-elle.

L'enfant se retourna, et Athéna retint son souffle. C'était bien elle, et qu'est-ce qu'elle était belle. S'approchant d'elle, elle remarqua à quel point Apolline avait grandi.

- Qui êtes-vous ?
- Apolline, écoute moi bien. Je n'en ai pas pour long, je ne peux pas rester. Je suis malheureuse de te dire les choses ainsi, et je m'en veux tellement. Pour tout, je suis désolée pour tout.
- Mais vous êtes qui ?
- Apolline, je suis Athéna. Je suis ta mère.
- C'est impossible, mon père m'a dit que ma mère était morte !
- C'est vrai. J'aimerais t'expliquer les choses calmement, mais je ne peux pas. Le temps est compté.

Athéna attrapa les mains de son enfant et lui glissa alors une épée entre les mains.

- Prends cette épée, garde là précieusement. Elle te protégera, tout le temps. Je reviendrai, je te le promets.

Sur ces mots, Athéna s'en alla, le coeur brisé de laisser son enfant seule, encore une fois.

[ … ]

- Athénaïs, réveille-toi !
- Hm, grogna-t-elle.
- Tu vas encore être en retard !
- Merde !

D'un saut vif, elle sortit de son lit. Elle se vêtit d'une robe blanche et coiffa ses cheveux. En se regardant dans le miroir elle sourit. Ses cheveux avaient subi une folie : auparavant blonds, ils étaient aujourd'hui violets, et quelle couleur… Observant le ciel, un éclair scinda le ciel. L'orage… Des souvenirs lointains et devenus vagues refluèrent dans son esprit. Non. Tout ça c'était fini. Athénaïs n'avait plus rien à voir avec avant. Athénaïs était devenue une vraie humaine, avec des amis. Voilà ce qu'elle était. Prenant son sac et ses bouquins, la femme sortit en courant de sa chambre.

- J'y vais, maman !

Maman… C'était la première vie, la première vie où elle avait une mère. C'était tellement étrange de se l'entendre dire… Et pourtant les faits étaient là. Elle claqua la porte de chez elle et se précipita à l'école. Aujourd'hui, elle étudiait les hommes. Aujourd'hui, elle cherchait à comprendre leur monarchie. Enfin, monarchie, c'était fini tout ça. Ils appelaient ça : la politique. Aujourd'hui, elle pouvait enfin prendre le temps de trouver sa fille, pour tout lui raconter. Aujourd'hui, c'était une nouvelle vie, loin des Dieux.


Dernière édition par Athénaïs Mathewsen le Dim 4 Jan - 22:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 120
Point : 158

Carnet des dieux
Age en apparence: 13 ans
Métier: Collégienne
Pouvoir(s):
J'épouse les dragons malheureux ♥

MessageSujet: Re: A la guerre, comme à la guerre. Dim 4 Jan - 21:21

Hey ! Bienvenue, bienvenue, déesse Athéna ! *3*

Ton personnage est plutôt intéressant... J'aime bien voir une divinité aussi proche des Hommes ! *^*
Par contre, je dois te prévenir avant que tu aies de mauvaises surprises... xD Il se trouve que tu as une fille ! En effet, Folmer avait créé un prédéfini... Le lien se trouve ici ! Athéna aurait pu l'avoir dans "une vie antérieur" ? Dans un autre corps d'humaine quoi... Voilà, c'était juste pour que tu le saches parce que bon, 'vaudrait mieux connaître l'existence de ses enfants tout de même... >.>

Voilà voilà ! En espérant que tu te plaira parmi nous ! ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: A la guerre, comme à la guerre. Dim 4 Jan - 21:40

Ouuuh... Merci de m'avoir prévenu °O° Honnêtement j'ai pas regardé les prédéfinis x) Du coup je vais rajouter un petit passage, merciiiii ~ ♥
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 120
Point : 158

Carnet des dieux
Age en apparence: 13 ans
Métier: Collégienne
Pouvoir(s):
J'épouse les dragons malheureux ♥

MessageSujet: Re: A la guerre, comme à la guerre. Dim 4 Jan - 22:26

Tout me semble parfait !
Je te valide, félicitation ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: A la guerre, comme à la guerre.

Revenir en haut Aller en bas

A la guerre, comme à la guerre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
End of Gods :: L'éveil des coeurs :: La Naissance des Légendes :: Ceux en qui on croit-