Partagez|

Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar
Messages : 109
Point : 145

Carnet des dieux
Age en apparence: 18 Ans
Métier: Antiquaire
Pouvoir(s):
Peluche officiel du forum

MessageSujet: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mar 30 Déc - 19:04



Atoe Fujiwara

Caractère


Du haut de ses vingt et un ans, Atoe continue d'avoir ce style d'éternel adolescent. Cela se caractérise particulièrement par des vieilles chemises abîmées ou de son pull noir. Sa psychologie est très complexe et se dissimule sous plusieurs masques dont les choix ne sont pas volontaires. Sous ces traits grisâtres et ces pupilles ambrés, s'étalent de longue cernes dus à ses insomnies. Terriblement énigmatique et difficile à saisir, Atoe est à part de la société actuelle, souvent mal compris de son environnement. Extrêmement intériorisé, il tend à l'introversion par rapport aux autres et à l'introspection envers lui-même le mettant souvent dans des états seconds. Toujours en quête de réponses à ses angoisses métaphysique, il n'aura qu'une réponse: il ne s'aime pas. Hypersensible, il se protège derrière un masque de neutralité, de distance ou de cynisme. C'est d'ailleurs souvent par de l'humour noir et morbide que ses proches réagissent faces à ses paroles: ses dernières leur font peur. En parlant de peur, Atoe est effrayé du monde qu'il ne comprend pas, sa distinction entre le bien et le mal ne se fait pas du tout. La cause de cette partie de son comportement est causé par sa séquestration jusqu'à l'âge de 10 ans. La timidité, l'inhibition, l'envie et la paresse sont trois choses qu'il ne connaît pas et qu'il ne connaîtra jamais dû à sa dite "psychopathie". Cette maladie n'est pas totale chez Atoe puisqu'il ressent l'amour, la solitude, la peur et la tristesse... À moins qu'il ne vous calcule, vous manipule et ne fait que jouer avec vous. Face à l'hostilité, le jeune homme a tendance à fuir car il n'est pas toujours armé pour la lutte. Lors de son adolescence Atoe ne s'était pas réalisé dans une dimension intellectuelle ni dans une dimension spirituelle ou artistique. Se sentant alors inadaptés, il s'est depuis tournés vers un paradis artificiel lui causant plusieurs troubles de la mémoire. Alors qu'a-t-il besoin ? De sécurité ? De calme ? Il va falloir le découvrir. En attendant Atoe est quelqu'un perméables à l'ambiance envers ceux- qu'il aime, même s'il n'a pas d'identité propre à lui suite à la mort de sa mère.


Atoe Fujiwara

Nom : Fujiwara
Prénom(s) : Atoe
Âge : 21 ans ( 18 en apparence )
Groupe : Humain
Divinité/Créature :
Pouvoir : Aucun ~
Profession : Antiquaire d'une petite boutique.
Avatar : Création personnelle.

Qui suis-je ? Devine ! :

Je me nomme Mitsukoshi... Ah, non ce n'est pas mon vrai prénom c'est vrai... Reprenons notre présentation longue et ennuyeuse telle que notre pauvre vie derrière l'écran. Je me prénomme Mathilde une jeune pousse de soja ayant traversé seize longues années, le 10 mars cette foutue pousse de soja va attraper sa dix-septième année, Why not ? [arrêtons nos conneries et réécrivons à la première personne] J'ai commencé le RP à l'âge de douze ans, mon niveau est variant selon ma détermination à répondre aux RP: je peux très bien écrire comme très mal (au niveau de la syntaxe), je ne fais que très peu de fautes d’orthographe. Un beau soir de vacance de décembre, je m'ennuyais farouchement et puisque l'un des forums ou je suis à crouler sous le poids du manque de l'admin, j'ai décidé d'un pas engagé d'aller braver les TOP50 des forums Rpg ! Malgré le vent et le froid je suis souvent tombé sur de nombreuses pierres jusqu'à trouver un merveilleux saphir tout bleu brillant de mille feux se nommant: The End of Gods. [Applaudissement]. "C'était une très belle histoire"
Ah oui ! pour ce cher cocode: Mangé par Umiko ~


Histoire



Info utiles:
 
C'était une famille ordinaire, sans histoire particulière. Deux individus dit "humains" se considérant comme homme et femme, s'étaient assemblés un jour avec pour ambitions de former un couple, avant de former une famille digne de ce nom un peu plus tard bien sur. Leur rencontre s'était faite lors d'une fête pour célébrer la nouvelle année, lui avait la vingtaine et était devenu Avocat en droit privé, elle venait d'arrêter ses études de chirurgie depuis qu'était survenue sa première grossesse non désirée. Dès lors, la future maman s'était établi cher le jeune homme descendant direct du clan Fujiwara. À peine quelques jours plus tard ce fût un mariage constructif avant la naissance du "bâtard".
Même si lui aurait préféré que l'enfant ne naisse pas, elle allait s'engager dans un cycle vicieux qu'était la vie conjugale.

Le 13 octobre, ce n'était pas un mais ce fût deux paires de grands yeux ambre qui s'ouvrirent sur le monde, ce fût deux petits êtres blondinets et identiques qui s'épanouirent parmi nous. Mais l'un était différent de l'autre, non pas par son aspect physique mais par ce qu'il possède en lui. Un an après sa naissance, il fut d'abord mis à l'écart de sa mère et de son jumeau, puis séquestré par son père au Kasuga-taisha avec, pour seule compagnie, un chat en peluche pour des causes inconnus. Il ne sait pas pour quel raison mais personne ne devait le voir, parfois même sa voix devenait changeante.
Trois ans plus tard, lors de ses quatre ans, ce jeune bambin découvrait la nature et ses merveilles: Il éviscéra un écureuil avec comme prétexte innocent de voir si c'était comme à l’intérieur de "minou". Le fait qu'il puisse enfin sortir était le décès prématuré de sa mère. Dès lors, le blondinet eut droit de rencontré son jumeau et le reste du temple ou la famille habitait. Les facteurs premiers de la mort de la jeune femme étaient un arrêt cardiaque précédé d'un épanchement pleural (pleurésie). Une petite enquête fût menée mais aucun résultat n'en découla, le temps était donc à tuer et le jeune Fujiwara approchait rapidement de ses dix ans.

La nuit avançait, lui retardait, il se tournait et se retournait entre ses draps, impossible de s’endormir. L'impression d’être pris dans un étau l'étouffait entre les mâchoires d’un monstre invisible. Tout son entourage épiait le moindre de ses gestes et exerçait une sorte d’oppression insaisissable et permanente, la nuit pouvait y échapper. -A quoi bon se défendre face à eux ? Ils ne te comprennent pas, ne vois-tu pas leur haine envers toi couler le long de leur front. Et ta tienne... Tu la connais ? -

Les yeux grands ouverts dans la pénombre, la solution éponyme, lumineuse, lui apparut soudainement, comme une évidence cachée qu’il suffisait de rechercher: Tuer. Rejetant brutalement les draps blancs, il tremblait. Son regard fuyant s'était posé contre la nuque de son frère. Le silence dominait en maître. Chaque personne dormait soigneusement dans leurs draps blancs. Son corps se calmait retournant se blottir contre son frère, mais l'esprit s'effritait et se perdait petit à petit. Il s'endormit, genou gauche contre les lombaires de son frère et bras entrelacé contre son torse.
C'est au petit matin que la colonne de sa copie s'était fracassé. Sa douleur s’amplifiant ne lui donnait pas le droit hurler ni de crier, mais le murmure lui, était possible: "Je ne sens plus mes jambes" à hurler et s'évanoui au bout de quelques minutes. Atoe devait avoir agi il a quelques minutes auparavant. Plus de réaction, pourtant le blondinet ne prenait pas peur, il se leva et recula jusqu'à ce que ses épaules épousaient le mur parallèle au lit. Une servante était arrivée en fracas dans la chambre, remuant le corps inerte d'Uniako. Les hurlements lui avaient été retirés dus à la douleur qu'il éprouvait, seuls les murmures lui été accordés par un simple: "Je ne sens plus mes jambes". La femme en habit de travail porta un lourd regard vers le coupable et partit en courant chercher le père et appeler les secours.

Le lendemain, l'acte fût caché sous le prétexte du "il est mal tombé des escaliers". Il ne fallait pas que l'affaire s’ébruite même si la justification n'était en rien crédible. Par précaution M. Fugiwara fit venir le psychiatre de la famille tous les dimanches après-midi pour des consultations d'une heure voir deux. Atoe et lui établirent alors des règles inventées et respectées par l'enfant, l'idée venait d’ailleurs de lui ! Elles constituaient des principes moraux pour l’empêcher de faire quoi que ce soit de ... mal ? Effectivement, lorsque son frère jumeau était rentré quelques mois plus tard de l’hôpital, ce dernier était et serait à jamais paralysé du haut de la nuque jusqu'au bout des orteils. Les choses qu'Atoe voulait éviter inconsciemment à tout prix n'étaient un échelon plus bas que le meurtre: Premièrement, il ne fallait pas toucher aux animaux... Il n'a pas éventré qu'un simple chaton l'autre jour. Deuxièmement, lorsqu'il rend visite à un de ses camarades de classe, si l'envie de lui faire du mal ou de corriger la haine par la haine, il doit remplacer les actes par les mots ce sont ses armes. Par exemple, dire quelque chose de désagréable, il faut le remplacer par des propos gentils et polis. Et ainsi de suite, autant qu'il en faudra pour combler et cadrer un esprit ayant des troubles de la personnalité antisociale par crise.

D'après le psychiatre, la mort de sa mère, le fait qu'il ne l'ait connu qu'un an et qu'il ne s'en souvienne plus l'a partiellement déconnecté du monde extérieur (puisqu’il n'y a jamais été connecté) mais le médecin ignorait un "léger" détail, les abus sexuels de son oncle. La battisse était aménagé pour abriter une dizaine de personnes: M. Fujiwara et son père, Mme désormais décédée et ses deux enfants, le frère aîné de Monsieur et sa femme ainsi que les quelques domestiques. Le dossier restait non affirmé, Atoe est un jeune psychopathe, psychotique, schizophrène ou bien sociopathe...? Il présentait jusqu'à aujourd'hui une absence totale d'empathie et un enfermement sur lui-même. Quand bien même aujourd'hui il a fugué, ce qui est, dans son cas, le premier signe d'un mal-être. Depuis deux jours le jeune adolescent est introuvable malgré l'effort fourni par les autorités.

La veille d'une de ces crises dues à un grand manque de compréhension et d'affection, Atoe était sortie par sa fenêtre chargé de son sac dans lequel résidait un bout de pain et son chat en peluche. Suite à une longue marche, il c'était réfugié dans la cuisine d'une petite maison perdue dans les broussailles. Il était entré par la fenêtre entre ouverte. C'était un couple de personnes sans enfants arrivé au bout de leur vie qui habitait ici. La vieille femme l'herbergea et le materna tandis que le vieil homme lui appris à manier un balai et une pelle comme son propre garçon. Ce petit jeu joué par l'adolescent cessa quelques semaines plus tard, lorsque les autorités l'eurent enfin retrouvé. Les paysans, alors accusés d'enlèvement, au lendemain furent épargné des conséquences - ne nourrir que des pensées positives-....

Impossible de regarder papa dans les yeux désormais. Il est la cause de leurs morts, un sentiment de vengeance s'effectuait en lui. La nuit c'était le lever et le soleil c'était coucher depuis déjà cinq bonnes heures. Sans faire grincer les portes, Atoe était montré aux combles, là où son père rangeait ses anciens katanas. Il le savait, mais ses jambes tremblaient. Agrippant l'arme blanche, il descendit les quelques marches relier plafond et sol, se tourne vers la porte de son paternel et curieusement, étrangement il ne tremblait plus; la peur n'existait plus, les pensées sont effacées. Rien ne se déroulait d'heureux dans sa tête, absolument rien. Tout était prémédité, pas besoin de réfléchir plus que ça, il empoigna le rebord de la porte et l’ouvrit calmement. La lame est lourde encore plus lourde lorsqu'il la leva contre la poitrine de son père.

Des murmures résonnèrent dans la tête de l'adolescent, venant s'entre crocher avec d'autres choses imprononçables. En un coup sec, le mal est fait, le corps sursaute et les yeux écarquiller de son père le fixent froidement puis tristement. La lame se frotte contre la chair ensanglantée du corps résidant dans les draps désormais rouges, il restait son frère... mais lui n'a rien fait et il n'est pas réveillé, alors le mal ne s'accomplira pas. Sa tension augmentait de plus en plus, il n'y avait plus un bruit, le couloir dans lequel était Atoe semblait s'étirer à l'infini... Des bruits de pas retentissaient... était-ce la copie ? Certainement, puisqu'il est en train de hurler face au cadavre gisant de son père. Sans regret, sans joie, ni douleur, ni une ni deux, une énième fois la même lame s’enfonça dans les voies respiratoires de son jumeau. -Le temps est un fardeau-. Les crie prolongés de son frère avaient ameuté les domestiques et réveillé le quartier. Il n'était pas visible dans la pénombre de sa chambre. D'ailleurs le résultat fut le même que l'enquête menée lors de la mort Mme Fujiwara: Aucune arme trouvée.

Les heures s'engloutirent, les années se noyaient. Atoe avait été tranféré en maison d'accueil suite à sa demande, dans une ville nommé "Edge". Le couple possédait une jeune fille de son âge, la mère était ébéniste et le père artisan. Les draps dans lesquelles il se couchait le soir sentait la même lessive qu'utilisait sa défunte mère. Le voilà au matin de ses dix-sept ans, les rayons traversent par quelque effilochement les rideaux depuis le sommet des bâtiments. Doucement, il rabat sa couverture et pose ses pieds nu contre le parquet froid du matin. En bas, il semblerait qu'il y ait du remue ménage, il regarde son réveil... déjà 11h ! Le jeune homme tire ses rideaux, la lumière l'éblouit et les rues sont déjà en activité: le marché touche bientôt à sa fin.Un violon retentit, pleurant sous les notes de la sonate de Beethoven, sa demi-soeur, Mikominonai était un très bonne musicienne. Il ôta sa robe de chambre et enfila un calcon suivit de son jean noir et d'une chemise blanche. Chaussette enfilé, coiffé, toiletté: il était prêt. Tout en courant, Atoe descend les escaliers sans manquer de tomber sur les fesses, sa nouvelle mère s'inquiète de son état et son père s'esclaffa gentiment de la maladresse de son fils. Ici, nous sommes loin de l'ambiance monotone et verdâtre du clan Fugiwara, de jour comme de nuit si les rires ne sont pas le soir en s'endormant ils seront au réveil.

Hier, aujourd'hui et comme demain Atoe était amoureux de la jeune fille avec qui il cohabitait. Coïncidence me diriez-vous ? Qui sait ! Pour de ce qui est de sa santé mentale, les voix se multiplient dans sa tête. Ce soir, il tremble, seul dans sa chambre, pour lui ses voix ne sont qu'imaginaire comme disait son psychiatre à l'époque. Mais c'est au-delà de ses capacités. -Compromis, conformité, consensus- Incapable de suivre les autres personnes de son âge au lycée, bêtement il se retrouve seul. Se détestant et détesté, il croit ressentir de rapides coups d’œil disant "qui s'en occuperait?". Ce quotidien de lycéen il en garde le secret pour lui et pour elle. -N'est-ce pas injuste d'être si seul ?- Sans un bruit, sans que personne ne le remarque, l'adolescent ouvre une petite boîte dans laquelle survivre quelques lames de taille crayon rouillée par du sang. -Pourquoi vis-tu ? Pour qui ?- Bien trop tard, avant qu'il ne s'en aperçoive, Atoe était devenue ce genre d'être humain qu'il déteste avec ses belles paroles subjuguées de ses beaux arguments irréprochables. Son estime ayant disparu, doucement, tout doucement il enfonça pour la dixième fois cette semaine cette épaisse larme affûtée sur son poignet gauche. C'est un tel soir ce déroulant de la même manière après une journée de persécution que l'être aimée est entré dans la chambre de l'homme aimant. "Arrête...! Qu'est-ce-qu'il te prend à la fin de te faire ça...? À quoi sa t'amène... Ça va aller..."

C'était maintenant ou jamais. Extériorisé pour une première fois ce qu'il ressentait juste une fois et après il pourra jouer. "Lorsque je t'ai vu, je ne savais pas quoi dire, pas quoi faire. Tu me plaisais et tu me plaies toujours autant, même encore plus. J'avais envie de tout vivre avec toi, mais comment dois-je commencer... J'ai peur de te blesser, de te faire du mal." répondit-il en sanglotant. Tous les deux attendaient là, assient sur le lit. Elle, le regardait d'un air surpris, le rouge aux joues sans savoir quoi faire. Lui, essayait de lire en elle. La violoniste souriait tout en posant son regard bleuté sur les prunelles ambré de son demi-frère. Il semblerait qu'il s'y noyait, il pouvait rester des années comme ça tant que rien ne changeait. Elle lui prit délicatement sa main gauche: "le temps est un fardeau, c'est ce que je crois"

Le cœur de la jeune fille tapait de plus en plus fort dans sa cage thoracique et les gestes des deux protagonistes devinrent de plus en plus osés.
Dissimulés sous les draps tièdes de la vieille, les deux corps sommeillèrent encore de leurs étreintes amoureuses. L'un contre l'autre, leurs respirations s'entre mêlant, un amour platonique n'aurait pas été possible pour elle. Comme à son habitude le soleil vient pointer le bout de son nez au travers la doublure des rideaux. Éclairant et sacralisant le moment, Atoe ouvrit lentement ses paupières et rien ni personne ne demeurait à ses côtés -C'était un rêve...- une fois ses yeux réveillés, son avant bras désinfecté et bandé, à pas de loup, il s'infiltra dans la chambre voisine qui n'était autre que celle de sa sœur. Ensommeillée elle accepta gentiment la requête de son demi-frère: il se glissa alors pour le reste de la nuit dans les couvertures de cette dernière. Au matin, elle repousse le drap toute souriante comme à son habitude, accrochant les rideaux elle frotta son visage pour s'éveiller un peu plus. L'air serein plus que d'habitude, son visage pâle et ses longs cheveux blonds comme le blé semblant presque érotique pour le jeune homme. Il était temps de partir, le pas engagé à ressortir, Miko lui agrippa la manche de sa robe de chambre: "Attends, ne pars pas...". Le clocher sonnait 8 h, Atoe devait s'arracher de l'étreinte de sa sœur, au risque de commettre l'impardonnable. Elle l'embrasait... et le rêve n'était pas. Puis, elle repartie comme si de rien n'étais préparer le petit déjeuner.
____________________________________________________________
"Chaque jour, je rêve des les étreindre tous, les humains, mes frères, soi-disant.
Chaque jour, j’en croise des centaines, des multitudes, dans les rues et ces transports qui n’ont en commun que la solitude et l’ennui. Nous sommes semblables et pourtant étrangers, îlots de tristesse condamnés à revivre les mêmes cycles vides pour éviter de vivre en commun la même aventure.
Je rêve de les étreindre, de les toucher, de les embrasser, de les caresser, de les connaître, de vivre avec eux, de les aider, de les aimer, de me laisser aimer, de souffrir et pleurer avec eux, de résister et construire avec eux.
Je ne peux que rêver et les regarder un peu, à la dérobée, sans qu’ils me voient.
On se croise, on se toise, on s’ignore, on s’agresse ou parfois on s’échange, on joue des rôles, des jeux truqués. Chacun ses affaires, chacun pour soi, chacun chez soi."

C'était un texte de David Myriam, artiste, poète et écrivain... Ce qu'Atoe aurait voulu être.
Mais ne peut pas être... Cet homme avait pour lui cette fameuse capacité de tous pouvoir exprimer dans le monde qu'il entourait.
Désormais il devait trouver un travail, un emploie qu'importe, il voulait vivre avec la femme qu'il aimait, même si cela n'étais pas... réciproque...

Aujourd'hui Atoe a quitter sa famille, suite à quelque petit... "accident de ménage" comme un accident avec la scie électrique par exemple ou bien... le mixeur. Tout du moins de la famille il n'en reste plus rien. Comme cet homme tenant une boutique d’antiquité cher qui Atoe travaille.



Dernière édition par Atoe Fujiwara le Jeu 28 Mai - 19:26, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mitsukoshiarts.deviantart.com/gallery/

avatar
Messages : 120
Point : 158

Carnet des dieux
Age en apparence: 13 ans
Métier: Collégienne
Pouvoir(s):
J'épouse les dragons malheureux ♥

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mar 30 Déc - 20:25

Donc, je peux enfin te dire officiellement ! 8D

Alors, ta fiche est intéressante, il y a un aspect très psychologique, même si je dois avouer que je n'ai pas tout suivi... ^^'

Alors, je te mets ce que j'ai dit sur la CB mais que tu n'as sans doute pas pu voir :
• Alors, Atoe, finalement, je n'ai pas bien compris. C'est un demi-dieu ? Et la voix qu'il entendrait ce serait celle de son père ? Ou alors, il est possédé par Ama no Koyane no mikoto ? Ou alors c'est Ama no Koyane no mikoto lui-même ? Il faudra m'éclairer là-dessus. xD
• Ensuite, si réellement Atoe est un demi-dieu, il n'a pas réellement de pouvoir. Il est juste soit plus intelligent, soit plus fort que la moyenne, rien de plus. :/

@Atoe Fujiwara a écrit:
Caractérisé comme un enfant monstre, certaines parties de son corps semblaient quelquefois se déformer durant quelques secondes pour prendre l'apparence d'une autre personne: personne ne devait le voir.
Alors, que veux-tu dire par là ? Comme dit tout à l'heure, les demi-dieux n'ont pas réellement de pouvoir...
• Et aussi :
@Atoe Fujiwara a écrit:
Les paysans, alors accusés d'enlèvement, au lendemain furent victime de la peine de mort devant les yeux riants du blondinet - ne nourrir que des pensées positives-....
Mh... C'est pas un peu extrême ? xD Enfin, je veux dire, pour un enlèvement on envoie pas les gens à la peine de mort... Généralement. Un génocide, je comprends. Un meurtre, je comprends limite. Mais un enlèvement ? (enfin, bon, j'avoue que j'y connais rien aux sanctions administrée par la loi moi, mais quand même... x) ) La prison à vie, et encore !

@Atoe Fujiwara a écrit:
Au matin, elle repousse le drap toute souriante comme à son habitude, accrochant les rideaux elle s'agenouilla en face d'une croix accrocher contre le mur. Elle priait...?!
Euh, si réellement c'est le cas, là, non, ce n'est pas possible... ^^' A moins que cette fille soit un ange ou qu'elle soit l'enfant de Dieu (ce qui m'étonnerait quand même), elle ne peut pas prier.

Voilà, je crois que j'ai tout dit. Ah oui ! Et n'oublie pas de nous dire les codes ! ^3^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 109
Point : 145

Carnet des dieux
Age en apparence: 18 Ans
Métier: Antiquaire
Pouvoir(s):
Peluche officiel du forum

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mar 30 Déc - 21:12

Bonjour/ Bonsoir !

Effectivement, je suis resté dans le japon du XVII° excuse-moi !
Les correction sont effectué, je me suis un peu trop emballé hahaha ! °(^ o ^)°

Suite à la correction de certaines belles coquille que tu as détecté, mes hésitations se sont gentiment refaite et donc voilà ma fiche repassée au peigne fin, certes il reste des choses flou mais c'est rigolo de vous laisser dans le flou~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mitsukoshiarts.deviantart.com/gallery/

avatar
Messages : 46
Point : 63

Carnet des dieux
Age en apparence: 23 ans.
Métier: Fleuriste.
Pouvoir(s): Pouvoir de floraison, d'un simple toucher il fait fleurir les bourgeons.
Arrogance

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mar 30 Déc - 22:05

OUEHRIGEYRUTZEZYEG EYZZUHE ZYGETZE ZEGZTE JE ME SUIS VIDÉ DE MON EAU INTÉRIEUR QUAND J'AI VU QUE ULQUIORRA AVAIT FUI.
Mais bon ton avatar a tellement le sweg que je plussoie quand même devant.
Puis j'aime tellement le caractère de Atoe, sérieux même si tu veux pas mais je te séquestre pour un lien, il est tellement zoruhteiurtiezoeuzergz.
Bref en somme bienvenue D8

_________________
« We are Sex Bob-Omb. And we are here to make you think about death
and get sad and stuff »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mar 30 Déc - 23:09

Bienvenue o/
Ton avatar roxx du poney 0w0
Je laisse Umiko s'occuper de te valider vu qu'elle à commencer mais juste le 21 ans (18 en apparence) je sais pas ça fait bizarre xD
Bref voila sinon va falloir songer à te mettre dans un asile, t'aura un bon avocat
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 109
Point : 145

Carnet des dieux
Age en apparence: 18 Ans
Métier: Antiquaire
Pouvoir(s):
Peluche officiel du forum

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mar 30 Déc - 23:30

Bonsoir !

Ah mais non c'est nul les asiles D: Je pourrais pas tuer mes voisin de chambres !
Pour l'âge il a encore apparence d'un jeune adulte donc j'ai mis 18 ans mais après je peux changer (car je pence que s'était réserver au dieu ou demi dieu)

Voili voilou,

Jude: vas y séquestre moi x'D

_________________

Mon clavier écrit en #DFAF2C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mitsukoshiarts.deviantart.com/gallery/

Invité
Invité

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mer 31 Déc - 0:53

hey non Jude il me séquestre moi dans les buissons
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 109
Point : 145

Carnet des dieux
Age en apparence: 18 Ans
Métier: Antiquaire
Pouvoir(s):
Peluche officiel du forum

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mer 31 Déc - 8:52

Tant pis je ferais des bébé cetelem avec lui dans les buisson è___é

_________________

Mon clavier écrit en #DFAF2C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mitsukoshiarts.deviantart.com/gallery/

avatar
Messages : 120
Point : 158

Carnet des dieux
Age en apparence: 13 ans
Métier: Collégienne
Pouvoir(s):
J'épouse les dragons malheureux ♥

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe Mer 31 Déc - 11:35

Bien qu'il est encore des passages un peu flous, je décide de te VALIDER ! Félicitation ! =D

Par contre... Cette faute... x)
@Atoe Fujiwara a écrit:
Atoe devait avoir agi il a quelques minutes aux parts avant.
Comment est-ce que tu m'as écrit "AUPARAVANT" ?! xDDDD Ca m'a piqué les yeux pendant mes deux lectures ! x') Enfin... Change-moi ça vite avant que je fasse une crise cardiaque ! =p

Bon, il y a d'autres petites fautes mais celles-ci je te les pardonne... ♥️

En tout cas, passe un bon séjour parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe

Revenir en haut Aller en bas

Cette pathétique pensée est mon identitée -Atoe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ¤ Pathétiquement Pathétique ::
» Mieux vaut être indifférent et digne que malheureux et pathétique.
» Emeryc - Mieux vaut être indifférent et digne que malheureux et pathétique.
» -meuuuuf t'es sérieuse là- -je veux RP ugh- -chhhht t'es pathétique-
» " Pathétique "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
End of Gods :: L'éveil des coeurs :: La Naissance des Légendes :: Ceux en qui on croit-